PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [A LIRE] La Barbiche du Bwork

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
krogan-drad
alias Cynn, alias Fuay, alias Ugo
alias Cynn, alias Fuay, alias Ugo
avatar

Nombre de messages : 465
Age : 28
Localisation : Loin de tout, mais le plus près possible de sa belle ... mort ? disparu ? Il reste le vent.
Date d'inscription : 02/12/2006

MessageSujet: [A LIRE] La Barbiche du Bwork   Jeu 25 Sep 2008 - 16:16

Un petit bonhomme entra dans la taverne de Jade et regarda Cynn. Son habit blanc flottait au vent. Il était bedonnant et montrait un sourire aux dents magnifiquement blanches. Sa capuche tombée dévoilait un visage rond lui aussi blanc.

Michel’in… Le fils du célèbre réparateur de char…
Celui qui traine dans les tavernes et les auberges pour en faire un classement.
Celui qui distribue les roues.
Celui qui à lui seul peut rendre une taverne connue ou la faire couler…

Le petit bonhomme dont le physique généreux témoignait de son amour pour la bonne nourriture, s’approcha du comptoir ou la belle tenancière attendait. Il s’accouda sur la table de service et observa la taverne.

Une dizaine de tables étaient disposées dans celle-ci dont l’une était renforcée pour ne pas céder lors des bras de fer.
De nombreux Sacrieurs avaient leur place dans cette grande bâtisse et, sans oublier le tabouret garni de clous rouillés et de morceaux de verre tranchants jadis fabriqué par Nachew, on pouvait aussi remarquer une cavité toute nouvelle dans l'épaisseur de l'un des murs. Juste assez grand pour accueillir un homme assis sur les quelques planches qui en recouvraient le fond, les parois de ce refuge étaient criblées de pics de prespic assurant ainsi un confort digne du disciple de la souffrance qui s'y installerait pour regarder l’extérieur.

Dans la grande cheminée cuisait l’éternelle cuisse de bouftou royal, plat aussi réputé que le tofu à la bière. Dans l’immense âtre on découvrait aussi quelques grilles sur lesquelles cuisaient des entrecôtes de kanigrou et d’autres viandes autant que des légumes et du pain.

Juste à côté de cette source de chaleur siègeait un petit nombre de pouf. Ces fauteuils étaient constitués d’un unique coussin en plumes de piou enrobées d’un doux duvet de wabbit récupéré par les membres de Jade sur l'île en forme de cawotte. Dans ce même duvet étaient taillés les draps de l’étage, leurs donnant ainsi une texture douce et incomparablement fraiche.

De temps à autre Osselet, le chafer de Fuay, venait retourner les entrecôtes et faire tourner la cuisse en l’arrosant du jus que le cuisinier en chef confectionnait seul et secrètement.
Au grand étonnement de Michel’in un autre chafer se balladait : il s’occupait de nettoyer la taverne mais semblait également apte à mettre quelqu’un dehors. On reconnaissait assez facilement son ancien grade de lancier à la dextérité avec laquelle il maniait le ballais.

Le squelette affublé d’une barbe qu’il avait volé à un bwork regarda Cynn à l’appel de son nom.

Mal-rasé veux-tu bien aller préparer une chambre en haut ?

Souriant à sa maitresse il se précipita vers l’escalier.
L’écumeur de taverne regarda la Cra :

Vous avez déjà remarqué que je voulais essayer vos chambres mais peut-on les choisir ? Et surtout je voudrais aussi un repas pour ce soir …

Cynn réfléchit quelques secondes … Puis sourit.
Bien sûr ! Suivez-moi.

Elle commença son petit speech sur l’histoire de cette taverne.
Vous voyez ça fait un long moment que cet établissement appartient à Jade. Mon frère et moi nous l’avons reprit après Yariafu. Une prêtresse du bouftou rose qui traine encore par là. Très sympathique comme demoiselle enfin …

Un grand escalier d’ébène menait à l’étage. Le bois d’ordinaire si fragile semblait parfaitement tenir et prêt à supporter tout un régiment de Jadiens bourrés voulant monter se coucher. Mais le plus étonnant était les ombres qui se dessinaient sous cet escalier.

N’ayant pas de forme elles étaient,
Repoussant la lumière elles vivaient.
Faisant vibrer l’imagination au rythme des mouvements invisibles,
Pourtant elles étaient siège et protection d’un être agréable.


Cynn monta les marches en bois qui menaient à l’étage comme si les ombres crées par son frère n’étaient rien. Après tout, toute taverne avait son petit coin pour les rodeurs et puis une rune de noirceur c’est si simple à dessiner ...


Vous remarquerez que l’étage ne prend pas toute la surface. Le trou dans le toit est prévu pour l’aération et surtout il aide au tirage de la cheminée… Notre taverne est faite en bon bois de chez nous, coupés pour la majorité par notre Impératrice en personne et pour la cheminée les pierres viennent d’une carrière pas très loin exploitée en grande partie par notre Nachew…
La cuisine est entièrement en pierre et le chef a tenu à ce qu’elle soit bien aérée.
Le chef c’est Fuay mon frère, vous le verrez tout à l’heure pour le repas. Je ne pourrai pas assurer le service toute la nuit, c’est lui qui finira. En attendant il prépare quelques plats dont il garde jalousement le secret.


Cynn sourit de plus belle.
"S’il savait qu’en fait Fuay n’est pas là pour la simple raison que nous somme de la même encre…"

En haut des escaliers six portes se présentaient dont l’une tout au fond était ornée du signe des Drads. Cinq chambres étaient louables.
Cynn fit entrer le visiteur dans la première pièce.


Elle se nome la Chambre des Bois, vous aurez compris pourquoi. Ce doit être notre plus grande chambre sans compter celle de service. Celle du fond… C’est là où nous dormons mon frère et moi. Elle est, bien entendu, interdite.

Il s'agissait d'une grande chambre avec un lit double bien fait. Sur les murs une fresque de Fuay représentait un bois calme. Seule une fenêtre au niveau du toit, cachée par un rideau vert, pouvait laisser entrer le vent. Le lit en drap blanc fraichement lavé par le chafer embaumait le lieu d’une douce odeur de plantes des bois.

Alors ensuite ma préférée : A la belle étoile.

Elle sortit et traversa le couloir pour prendre la porte d’en face. Elle l’ouvrit et dévoila une chambre au sol vert dessiné d’herbe. Les murs et le plafond étaient bleu-nuit et des dizaines d’étoiles blanches couvraient ce ciel en trompe l’œil. Deux fenêtres, l’une sur le toit l’autre au mur, portaient des rideaux aux mêmes motifs. Le lit était un simple matelas au sol pouvant accueillir deux personnes qui se serrent un peu. Les draps étaient eux aussi vert et une bonne odeur de champs flottait dans la pièce.

Les deux chambres suivantes n’ont pas de fresques ni de motifs, c’est que ça prend du temps à faire tout ça … Et ceci ne fait pas longtemps que nous avons installé des chambres dans la taverne.

Elle fit visiter deux chambres simples, possédant chacune deux lits séparés aux draps blancs.

Pour ce qui est de la dernière, nous la louons rarement. Elle est un peu spéciale… Disons que c’est un des élans d’artiste incompris de notre peintre, qui se trouve être mon frère ainsi que notre cuisiner.

Elle l'accompagna dans une chambre avec un grand lit blanc. Les murs étaient encore en bois brut mais dessus des dizaines de runes avaient été tracées avec une encre rouge. Sur le sol l’immense dessin continuait et se refermait au plafond, toujours avec cette même encre rouge sang, à jamais dans son état, donnant à la magie tout son pouvoir.
Cynn posa la main sur le mur et sentit pulser le pouvoir de la rune.
Elle sourit.
La pièce rayonnait de puissance contenue. Une odeur d’encens flottait comme toujours en ce lieu.


Araknel ! Si tu voulais bien venir …

Le sourire de Cynn avait disparu et la grosse arakne majeure arriva, essayant de savoir ce qu’elle avait oublié …

Tu voudrais bien aller me refaire ces draps s’il te plait …

L’arakne se précipita et régla le souci en quelques mouvements précis.

Je vous présente Araknel. Elle s’occupe principalement des chambres…
Elle fait aussi office de videuse à ses heures perdues avec Mal-rasé et nous a bien aidé à construire ce magnifique étage.


Elle commença à redescendre dans la taverne en demandant au curieux personnage son choix :
Qu’elle chambre voulez vous ce soir ?
Après quelques hésitations Michel’in choisit, puis il alla s’assoir à une table.

Cynn s’approcha pour lui parler de ce qu’il allait manger et pour lui proposer divers alcools. Elle sortit ensuite de la pièce par la porte de la cuisine.
Pendant quelques secondes l'homme si renommé se retrouva seul avec Mal-rasé qui sortait une bouteille de la liqueur requise, puis Fuay sortit enfin de la cuisine.

Le Iop portait une chemise bleu ciel et blanche assortie à son pantalon. Ses longs cheveux blonds n’étaient pas attirés par les étoiles et cascadaient sur ses épaules. Entre les boutons de sa chemise qu’il refermait on pouvait voir une multitude de tatouages dont l’un, un petit dragon, avait semblé bouger sur sa peau.
Il s’approcha de la cheminée avec une assiette dont le fond avait été garni en cuisine de divers légumes et d’une belle tranche de pain frais, cuit dans le four à pain, à côté d'une Sacrieuse à la peau dorée qui devait certainement en avoir surveillé la cuisson de près. Il y déposa un beau morceau de cuisse de bouftou royal accompagné de quelques fins bouts bien grillés de kanigrou. Il y rajouta de la sauce de sa préparation et apporta l’assiette au client.
Avant même que ce dernier ait posé la question sur la cuisine il lui expliqua :


Nous possédons deux fours, l’un à pain l’autre pour cuire certains poissons mais n’ayant pas de vrais connaisseurs en matière de poissonnerie nous l’utilisons peu. Je m’en sers plutôt pour quelques ingrédients de ma sauce. Sinon nous avons quelques plaques sur feu et une plonge dont Osselet a le service exclusif.

Il sourit puis regarda Mal-Rasé descendre dans la cave à vin par la trappe derrière le comptoir. Lui, retourna vers le feu s’occuper de ses plats qui allaient être mangés avec l’arrivée des Jadiens ou d’inconnus.

Le lendemain Michel’in partit de la taverne après une bonne nuit de sommeil et un petit déjeuné copieux, sans même donner son avis ni laisser voir ce qu’il allait octroyer comme grade à la Barbiche du Bwork et ce qu’il allait en dire dans son grand livre.
Pourtant il semblait satisfait du service et, bien qu’étonné par la présence de deux chafers et d’une arakne autant que de ces gérants qu’on ne croisait jamais en même temps, il partait avec le sourire de ceux qui sont heureux du moment passé et qui ne le regrette pas.




[ Rédaction : Krogan-drad
Correction : Nachew ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://krogan.canalblog.com/
 
[A LIRE] La Barbiche du Bwork
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FAQ (à lire avec attention, sous peine d'écartèlement)
» [A lire] Le Renard et la Louve
» [Jeux/Réflexion] Psycho-délire
» Quand les Flots se lèvent... [BG - Récit à lire]
» Bribes. [Récit à lire]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de Jade :: La Contrée de Jade :: La Barbiche du Bwork :: La vie de la taverne-
Sauter vers: